hébreu

hébreu [ ebrø ] n. m. et adj. m.
• v. 1119; lat. hebræus, gr. hebraios
I N. m.
1(Généralt au plur.) Membre ou descendant du peuple sémite du Moyen-Orient dont la tradition biblique relate l'histoire. israélite , juif. Abraham, ancêtre des Hébreux. L'Exode des Hébreux hors d'Égypte. Terre promise des Hébreux : le pays de Canaan, la Judée. Loi des Hébreux : la Thora.
2Langue chamito-sémitique du nord-ouest parlée autrefois par les Hébreux et aujourd'hui par les Israéliens. L'hébreu rabbinique. L'hébreu est la langue liturgique des juifs. L'hébreu moderne.
Loc. fig. C'est de l'hébreu : c'est incompréhensible (cf. C'est de l'algèbre, du chinois).
II Adj. m. (REM. Au fém., on emploie l'adj. juive, et parfois israélite pour ce qui concerne la religion) Qui appartient au peuple, à la langue des Hébreux. L'alphabet hébreu. hébraïque. L'État hébreu : l'État d'Israël.

hébreu adjectif masculin (latin Hebraeus, du grec Hebraîos) Relatif aux Hébreux. (Au féminin, on dit hébraïque.) ● hébreu (difficultés) adjectif masculin (latin Hebraeus, du grec Hebraîos) Orthographe Plur. : les caractères hébreux. Les Hébreux. Genre Hébreu n'a pas de féminin. Pour qualifier, au féminin, ce qui se rapporte à la langue, à la civilisation des Hébreux, on utilise l'adjectif hébraïque : la langue hébraïque (= l'hébreu), la culture hébraïque. ● hébreu nom masculin Langue sémitique parlée par les Hébreux et qui est aujourd'hui la langue officielle de l'État d'Israël. ● hébreu (difficultés) nom masculin Orthographe Plur. : les caractères hébreux. Les Hébreux. Genre Hébreu n'a pas de féminin. Pour qualifier, au féminin, ce qui se rapporte à la langue, à la civilisation des Hébreux, on utilise l'adjectif hébraïque : la langue hébraïque (= l'hébreu), la culture hébraïque. ● hébreu (expressions) nom masculin Familier. C'est de l'hébreu, c'est un langage qu'on ne comprend pas. ● hébreu (synonymes) nom masculin Familier. C'est de l'hébreu
Synonymes :

hébreu
n. m.
d1./d Les Hébreux: nom donné dans la Bible aux Araméens de Harran qui traversèrent l'Euphrate et s'installèrent en terre de Canaan. Le judaïsme, religion des Hébreux.
d2./d Langue des Hébreux. L'hébreu est une langue sémitique.
|| Loc. fig., Fam. C'est de l'hébreu: c'est incompréhensible.
Encycl. Au IIe mill. av. J.-C., des tribus araméennes sédentarisées en Syrie depuis le XIXe ou le XVIIIe s. traversèrent l'Euphrate (XVIIe ou XVIe s. av. J.-C.), dont les Hébreux qui parvinrent en terre de Canaan (la Palestine). Cet épisode fait l'objet du chapitre XII de la Genèse, dans lequel apparaît, à la tête de ce mouvement, le patriarche Abraham. Les vicissitudes que connut, à partir de ce moment, le peuple hébreu sont relatées dans la Bible.

⇒HÉBREU, adj. et subst. masc.
A. — 1. HIST. ANC. (Celui, ce) qui appartient au peuple issu d'Abraham et dont l'histoire est relatée dans la Bible (cf. commandement I B 3 e). L'Hébreu qui accomplissoit la loi n'étoit-il pas en sûreté de conscience? (J. DE MAISTRE, Soirées St-Pétersb., t. 2, 1821, p. 325). Près de six siècles avant Jésus-Christ, les Hébreux, devenus des Juifs, ne parlaient ni n'entendaient plus leur langue originelle (LEROUX, Humanité, t. 2, 1840, p. 512). La doctrine des prophètes hébreux (FAURE, Hist. art, 1912, p. 152) :
1. Le judaïsme prend racine dans une longue suite d'expériences spirituelles (...) qui eurent lieu parmi les Hébreux ou Israélites, groupe de tribus parlant une langue sémitique, fixé (...) sur le sol de la Palestine actuelle, vers 1200 av. J.-Chr.
Philos., Relig., 1957, p. 48-8.
SYNT. Les anciens, les premiers Hébreux; le Dieu, le législateur des Hébreux; la Bible, les Écritures des Hébreux; histoire, lois, pays, religion, philosophie, psaumes, théologie, thora des Hébreux; tribus des Hébreux; épître aux Hébreux; peuple hébreu; droit, dogme, messianisme, rituel, sacerdoce hébreu; génie hébreu.
Rem. Hébreu est synon. de israélite à partir de la sortie d'Égypte; il est synon. de juif à partir de l'exil babylonien (cf. M. CATANE, Qui est Juif? Paris, Laffont, 1972, pp. 21-22 et p. 28).
En partic., subst. masc.
a) [Dans la période néo-testamentaire, p. oppos. à juif hellénistique] Juif de souche palestinienne. Il y avoit à Rome un Hébreu, déserteur de la loi de ses pères (CHATEAUBR., Martyrs, t. 3, 1810, p. 80). Les uns [parmi les nouveaux convertis] étaient des « Hébreux », c'est-à-dire des Juifs de Palestine, parlant hébreu ou plutôt « araméen », lisant la Bible dans le texte hébreu (RENAN, Apôtres, 1866, p. 109).
b) [Dans l'hypothèse où le peuple biblique aurait pour ancêtres les Habiru des sources orientales] Descendant des Habiru. Les Hébreux israélites sont arrivés dans l'histoire à une telle célébrité, qu'ils ont absorbé pour eux seuls le nom d'Hébreux; mais, à l'origine, ce nom s'appliqua à bien d'autres peuplades (RENAN, Hist. peuple Isr., t. 1, 1887, p. 93).
2. a) (Celui, celle, ce) qui appartient aux descendants du peuple hébreu (supra A 1). Synon. vieilli de israélite ou de juif. Copiste, docteur, philosophe hébreu; mariage, cimetière hébreu. Et qu'est devenu, ajouta-t-il en se tournant vers moi, votre jeune ami hébreu que nous voyions à Doville? (PROUST, Prisonn., 1922, p. 216). Il n'y a (...) pas ici un quartier juif, mais cinq ou six. New-York est la plus grande ville juive de la terre; on compte près de deux millions d'Hébreux (MORAND, New-York, 1930, p. 83) :
2. Nous brûlons les Hébreux et nous baisons leurs livres; stupidité! nous les brûlons parce qu'ils sont fidèles à leur loi, à leur dieu, et nous chantons autour de leurs bûchers, les psaumes de leur roi David...
BOREL, Champavert, 1833, p. 118.
b) En partic. État hébreu. État d'Israël. Depuis janvier de cette année (...) 8 616 d'entre eux [les juifs soviétiques] (...) ont pris le chemin de l'État hébreu (L'Arche, n° 269, août 1979, p. 13).
B. LINGUISTIQUE
1. Subst. masc. sing. Langue sémitique occidentale parlée par les Hébreux jusqu'à l'exil de Babylone, restée vivante en tant que langue sacrée et devenue langue officielle de l'État d'Israël. Judas, imposant (...) ses deux mains sur la tête de son gendre, lut plusieurs passages de la sainte Bible, récita plusieurs prières en hébreu, puis ajouta d'une voix haute : — mon fils, je te bénis au nom du Dieu d'Israël (BOREL, Champavert, 1833, p. 138) :
3. L'hébreu, concis, énergique, presque sans inflexion dans ses verbes, exprimant vingt nuances de la pensée, par la seule apposition d'une lettre, annonce l'idiôme d'un peuple qui, par une alliance remarquable, unit à la simplicité primitive une connoissance profonde des hommes.
CHATEAUBR., Génie, t. 1, 1803, p. 544.
SYNT. Vieil hébreu; hébreu michnaïque, moderne, rabbinique; cours, chaire, leçon d'hébreu; professeur d'hébreu; apprendre, enseigner, étudier, parler l'hébreu; traduire de l'hébreu.
P. méton. La Bible hébraïque. Rachel a une sœur aînée, Lia, que la Vulgate appelle la chassieuse, et l'hébreu simplement celle qui a la vue faible (CLAUDEL, Poète regarde Croix, 1958, p. 297).
En partic. [L'hébreu considéré comme une langue difficile à apprendre] Dans votre condition, mon ami, vous n'aviez pas besoin d'apprendre la grammaire. C'est comme si moi, dans mon état, j'avais voulu connaître l'hébreu (A. FRANCE, P. Nozière, 1899, p. 100).
P. métaph. L'œil d'un ami peut seul les suivre, et si vous savez le grec et le latin, moi je sais lire l'hébreu que décrivent dans l'air les hirondelles de cheminée (RENARD, Hist. nat., 1896, p. 225).
Loc. fig. (cf. chinois II B 4).
a) Parler hébreu. Tenir des propos inintelligibles. — Qu'est-ce qui ne va pas? — Le métier. — Vous venez de tuer un malade? — J'ai fait pis : je n'ai pu le sauver. Mais je vous parle hébreu, ô le plus sage des directeurs! (ESTAUNIÉ, Ascension M. Baslèvre, 1919, p. 265).
b) C'est de l'hébreu. C'est incompréhensible. Ici [dans le métro], avec ces lignes enchevêtrées, ces noms de station qu'il ne savait pas lire, c'était pour lui de l'hébreu (VIALAR, Zingari, 1959, p. 30) :
4. Sait-on qui on aide? Sait-on de quels gestes on est capable lorsque le bateau coule? Où commence-t-on à servir les autres et à se servir soi-même? C'est de l'hébreu.
COCTEAU, Par. terr., 1938, II, 12, p. 266.
2. Adj. Qui concerne la langue des Hébreux, qui lui appartient. Caractère hébreu. La Loi, c'est la Thora, c'est-à-dire la Doctrine, la Science Divine, la Révélation. Tel est le sens hébreu de ce terme de Loi (P. LEROUX, Humanité, t. 2, 1840, p. 942). V. cabale ex. 1 :
5. Le texte grec de Baruch (...) parle des démons dans un contexte, où il est question des idoles ou d'animaux sauvages habitant au milieu des ruines. Nous ignorons quels étaient les mots hébreux ainsi traduits.
Théol. cath., t. 4, 1920, p. 328.
En partic. Qui est écrit en hébreu. Fragment, psautier, texte hébreu. Un curieux document (...) découvert (...) dans une synagogue du vieux-Caire, parmi une foule d'autres manuscrits hébreux (Philos., Relig., 1957, p. 42-2) :
6. Ce qui est sûr, c'est qu'Ezéchiel n'est jamais cité dans le Nouveau-testament, et qu'il n'est pas mentionné dans la liste des livres hébreux canoniques donnée par Philon.
P. LEROUX, Humanité, t. 2, 1840p. 829.
Rem. Selon les dict., hébreu ne prend pas la marque du fém. Cf. cependant les formes hébreue et hébreuse dans les ex. suiv. Le procès, qui a eu à débattre de l'existence ou non d'une « mafia » hébreue (...) a longtemps agité l'opinion (L'Arche, n° 269, août 1979, p. 12). [L'ancien soldat] : cette écriture-là n'est ni hébreuse, ni (...) c'est tout bêtement de l'arabe (RICHEPIN, Miarka, 1883, p. 172). Déchirons nos vêtements! crient les hébreuses épouvantées (VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 391).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1718. Au plur. des hébreux. Sing. hébreux (cf. STAËL, Allemagne, t. 2, 1810, p. 270 et LAFORGUE, Complaintes, 1885, p. 189). Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1119 subst. Hebreus « langue hébraïque  » (PH. DE THAON, Comput, éd. E. Mall, 100); fin XIIe s. adj. [ebrieues] (Sermons St Grégoire sur Ezechiel 13, 19 ds T.-L.); b) ca 1530 subst. fig. « chose inintelligible » (J. MAROT, Œuvres, éd. A. Coustelier, 1723, Rondeau IV, p. 224 : sans argent vous parlez en hebrieu); 2. ca 1190 adj. ebrieu « relatif au peuple juif » (HERMAN DE VALENCIENNES, Li romanz de Dieu et de sa mere, éd. I. Spiele, 2 : au temps ebrieu); début XIIIe s. subst. ebris « Hébreu » (Ste Julienne, 533 ds T.-L.). Du lat. chrét. Hebraeus ethnique, subst. et adj., empr. au gr. , et celui-ci, par l'intermédiaire de l'araméen ibra'i (cf. Bible t. 3, col. 514 et KLEIN Etymol.), à l'hébr. biblique . Fréq. abs. littér. : 643. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 1 504, b) 706; XXe s. : a) 819, b) 578.

hébreu [ebʀø] n. m. et adj. m.
ÉTYM. V. 1119, l'hebreus (la langue); adj. (ebrieu), fin XIIe; du lat. chrét. Hebraeus, grec Hebraios, araméen ibra'i.
———
I N. m.
1 Juif. || Un Hébreu. || L'exode des Hébreux en Égypte. || La captivité des Hébreux à Babylone. || La manne, nourriture céleste des Hébreux dans le désert, selon la Bible. || La Bible, livre sacré des Hébreux. Massorah. || Prêtres des Hébreux revêtus de l'éphod. || Religion des Hébreux. Hébraïsme, judaïsme.
1 Le Messie est attendu par les Hébreux; il vient, et il appelle les gentils, comme il avoit été prédit. Le peuple qui le reconnoît comme venu, est incorporé au peuple qui l'attendoit, sans qu'il y ait entre deux un seul moment d'interruption (…)
Bossuet, Disc. sur l'Hist. universelle, II, XXX.
2 Le Dieu qu'ont toujours servi les Hébreux et les chrétiens n'a rien de commun avec les divinités pleines d'imperfections, et même de vice, que le reste du monde adorait.
Bossuet, Disc. sur l'Hist. universelle, II, I.
3 Abraham est désigné par le mot « Hébreu » ce qui peut signifier aussi bien « fils de Héber », un descendant de Noé, ancêtre des Patriarches, que, plus généralement, « errant, nomade » l'équivalent de l'arabe qui a donné « bédouin ».
Daniel-Rops, le Peuple de la Bible, I, II, p. 35.
REM. 1. Le fém. est virtuel; on emploie israélite, juive.
2. Hébreu est synonyme de israélite à partir de la sortie d'Égypte; il est synonyme de juif à partir de l'exil babylonien (d'après M. Catane, in T. L. F.).
2 La langue hébraïque. || L'hébreu, langue sémitique. || Livres écrits en hébreu (→ Cantique, cit. 1; exégèse, cit. 1). || Les signes diacritiques de l'hébreu écrit. || L'hébreu rabbinique, langue liturgique. || Apprendre (cit. 3) l'hébreu. || L'hébreu moderne (langue officielle de l'État d'Israël).
4 L'hébreu, concis, énergique, presque sans inflexion dans ses verbes, exprimant vingt nuances de la pensée par la seule apposition d'une lettre (…)
Chateaubriand, le Génie du christianisme, II, V, III.
5 L'étude de l'hébreu n'était pas obligatoire au séminaire; elle était même suivie par un très petit nombre d'élèves.
Renan, Souvenirs d'enfance…, V, III.
tableau Classification des langues.
Loc. fig. (1530). C'est de l'hébreu pour moi : cela m'est inintelligible (sans doute à cause des caractères de l'écriture. → C'est du chinois).
6 C'est de l'hébreu pour moi, je n'y puis rien comprendre.
Molière, l'Étourdi, III, 3.
7 Monsieur, répondit Canalis en souriant, je ne sais pas plus ce que vous voulez me dire, que si vous me parliez hébreu (…)
Balzac, Modeste Mignon, Pl., t. I, p. 479.
———
II (V. 1119). Adj. m.REM. Au fém., on emploie israélite, juive. Hébraïque. || Un texte hébreu, un auteur hébreu (→ Familier, cit. 5). || Aleph, yod…, lettres de l'alphabet hébreu. || Mots hébreux. || Le peuple hébreu.
8 (…) saint Jérôme (…) composa sur l'original hébreu la version de la Bible que toute l'Église a reçue sous le nom de Vulgate (…)
Bossuet, Disc. sur l'Hist. universelle, I, XI.
COMP. Hébréophone. Néo-hébreu.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Hebreu — Hébreu Hébreu עִבְרִית [iv. ɹit] Parlée en Israël Région Israël, dans les communautés juives dans le monde …   Wikipédia en Français

  • Hebreu 52 — Hébreu 52 Hébreu 52 est la cote d un manuscrit biblique en hébreu conservé au département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France. Le manuscrit, dans son état actuel, a été volé et revendu par l ancien conservateur responsable du fonds,… …   Wikipédia en Français

  • Hébreu 52 — est la cote d un manuscrit biblique en hébreu conservé au département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France. Le manuscrit, dans son état actuel, a été volé et revendu par l ancien conservateur responsable du fonds, avant d être… …   Wikipédia en Français

  • hébreu — HÉBREU: Est hébreu tout ce qu on ne comprend pas …   Dictionnaire des idées reçues

  • hebreu — adj. 1. Relativo aos hebreus. • s. m. 2. A língua hebraica. 3. Indivíduo de raça hebraica. • hebreus s. m. pl. 4. Nome primitivo do povo judaico. • [Portugal] Feminino: hebreia …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • Hébreu — Cet article concerne la langue hébraïque. Pour le peuple hébreu, voir Hébreux. Hébreu עִבְרִית [iv …   Wikipédia en Français

  • hébreu — (é breu) s. m. 1°   Nom du peuple juif. Les Hébreux. Un Hébreu.    Ce mot n a pas de féminin ; on ne dit pas les Hébreues, mais les Juives. 2°   Langue hébraïque. L hébreu est une des langues sémitiques. •   On verra qu il s est ébloui lui même,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • HÉBREU — s. m. Langue hébraïque. Il sait l hébreu parfaitement. Fig. et fam., Ce que vous dites est de l hébreu pour moi, vous me parlez hébreu, Je n entends rien à ce que vous dites. HÉBREU, se dit quelquefois adjectivement pour Hébraïque, mais sans… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • HÉBREU — n. m. Langue des hébreux. Il s’emploie familièrement pour désigner Ce qu’on se reconnaît incapable de comprendre. Tout cela, c’est de l’hébreu pour moi …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • hebreu — he|breu Mot Agut Adjectiu variable …   Diccionari Català-Català

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.